Article
  • LFI
  • Communauté

Portrait de M. Gabet - Head of Transition

Comme annoncé à la fin du mois d’août, M. François-Xavier Gabet a fait sa rentrée lundi 16 septembre au Lycée Français International de Hong Kong. En tant que Head of Transition, sa mission est d’accompagner le passage du LFI d’établissement conventionné à établissement partenaire de l’AEFE. Tout juste arrivé de Londres où il exerçait en tant que Chef d'Établissement du Collège Français Bilingue de Londres (CFBL), nous vous invitons à mieux le connaître à travers ce portrait.

 

Une vie professionnelle dédiée à l'Éducation à travers le monde

Il y a quelques semaines, j’ai fait du tri et je suis retombé sur une rédaction que j’avais écrite en Terminale, en classe d’Allemand. Au sujet « Comment voyez-vous votre avenir après le Bac ? », j’avais alors répondu que je voulais être professeur et enseigner à l’étranger. Je ne me rappelais plus l’avoir écrit mais finalement, c’est exactement ce qui s’est passé.  

J’ai commencé ma carrière d’instituteur dans une école maternelle de la banlieue lilloise. J’ai toujours aimé le contact avec les élèves, je suis d’ailleurs toujours en relation avec certains d’entre eux qui ont maintenant 33 ans ! Ma femme Anne, franco-australienne que j’ai rencontrée dans un cadre humanitaire au Sénégal, est, elle aussi, professeure des écoles.

Mus par l’envie de vivre à l’étranger, nous sommes partis en 1994 à Jeddah, en Arabie Saoudite, où nous étions enseignants à l’école française avec une mission de conseil pédagogique. Nos deux enfants, Manon et Félix, sont nés là-bas.

À l’issue de six années et par goût du challenge, j’ai postulé pour enseigner aux Etats-Unis, et j’ai finalement été engagé par une institution publique américaine pour élaborer des programmes d’enseignements de langue française.

Après un bref retour en France de deux ans, motivé par le manque du pays mais subissant aussi ce fameux « choc culturel du retour », nous avons décidé de nous installer en Australie, à Melbourne, où j’ai commencé par enseigner le français à la Monash University.

J’ai alors été appelé à travailler dans une école locale australienne ayant des programmes d’immersion en français avec pour mission de l’homologuer et de l’intégrer au réseau AEFE. Nous étions comme une structure indépendante à l’intérieur d’une plus grande école. L’EFM, Ecole Française de Melbourne a obtenu son homologation de l’AEFE en 2008, une vraie victoire pour toute l’équipe que je coordonnais, d’autant qu’en 2009 l’école a été distinguée pour ses résultats académiques – meilleure école de l’Etat de Victoria. Fort de ce succès, j’étais prêt à accepter de nouveaux défis et Londres s’est présenté à moi.

 

Une expérience réussie de création d’Établissement Conventionné puis de transition au Partenariat

J’ai été nommé par l’AEFE en 2010 avec la mission de créer un nouvel établissement à Londres afin de désengorger le lycée Charles de Gaulle. Un défi plus qu’une mission, c’était le premier établissement français créé à Londres depuis 1914.

J’ai hérité d’un chantier – littéralement – puisque les bâtiments classés historiques étaient en ruine, avec des travaux qui étaient menés par une entreprise qui avait fait faillite. J’avais un an pour tout finaliser ; j’ai travaillé 18h par jour, sept jours sur sept. 

Le Collège Français Bilingue de Londres (CFBL) a finalement ouvert, et si au départ nous étions perçus par certaines familles de Londres comme une école de seconde zone, étant un peu « excentré », nous avons obtenu quelques années plus tard le label « Outstanding »* qui a fini par convaincre tout le monde. 

La réussite du CFBL vient du fait que c’est une école qui a toujours été dédiée aux élèves. Tout ce qu’on a fait, imaginé, pensé, a toujours été dans l’intérêt des élèves qui développent de ce fait un très fort sentiment d’appartenance à leur école. 

Il faut voir l’école pour la comprendre. C’est une maison scolaire. On appartient à la maison. On ne fait pas qu’enseigner, on y vit. Nous y avons organisé beaucoup d’événements avec les parents, les professeurs, des dîners, des conférences.

S’agissant du passage au partenariat, la décision avait été prise en 2016 par le Conseil d’Administration et une de mes missions principales a été de rassurer les professeurs et les parents d’élèves. Nous avons fait beaucoup de réunions pour cela.

Pour moi, le passage au partenariat sous-entendait l’accès à une plus grande autonomie et j’ai tout de suite décidé de partager cette autonomie avec les équipes pédagogiques. Je leur ai proposé une nouvelle organisation avec des « départements » par matière qui avaient un responsable, un budget et un projet propre s’inscrivant dans le projet d’établissement validé. Ça a très bien fonctionné.

Je suis heureux d’avoir quitté l’établissement après l’obtention du label « Outstanding », qui a vraiment couronné le travail qui a été fait par toutes les équipes pendant ces années.  

 

Et à présent une nouvelle page s’ouvre au Lycée Français International de Hong Kong

La mission qui m’a été confiée est d’accompagner les équipes du LFI vers le partenariat tout en préparant la rentrée 2020-2021 en m’appuyant sur l’expertise et le professionnalisme des équipes de Direction. J’ai conscience de la complexité de la situation, du fait des 4 campus et des 2 filières du LFI mais aussi au travers de réserves ressenties envers le partenariat.

Même si j’ai déjà mené avec succès un passage vers le partenariat avec l’AEFE, on ne peut pas dire qu’il y ait une recette type. Chaque école est différente en fonction de son histoire, sa localisation géographique, sa communauté, ses professeurs, ses élèves.

Dès lors il faudra inventer et c’est ensemble que nous allons inventer. C’est pour ça que mon poste se définit à travers les relations avec les autres équipes. J’ai d’ailleurs hâte de rencontrer toute la communauté et je suis disponible pour quiconque souhaite me contacter. Je réponds aux besoins d’une communauté, c’est le schéma avec lequel je fonctionne.

Je voudrais rassembler les gens sur l’idée qu’ils ont un établissement fabuleux en termes de moyens, de personnel aux compétences évidentes, qu’il y a un potentiel extraordinaire avec une diversité merveilleuse en termes d’offre pédagogique, un catalogue exceptionnel.

L’objectif n’est pas de révolutionner l’offre pédagogique du LFI mais de la faire évoluer. Je veux entendre ceux qui pensent partir, je veux les convaincre des avantages de l’autonomie. Car quoi que l’on pense du passage au partenariat, il faut le voir comme l’opportunité d’être plus créatif.

Pour cette année, notre objectif en collaboration avec toutes les équipes du Lycée doit être de rassembler, redonner de l’optimisme, une cohésion à la communauté qui a la chance d’avoir un établissement merveilleux. 

*La mention « Outstanding » est délivrée par l’Ofsted (Office for Standards in Education), un organisme britannique qui organise les inspections des établissements scolaires en Angleterre. Ces inspections ont lieu tous les 3 ans et tous les aspects de la vie scolaire sont concernés : Teaching & Learning (inspections, évolution des connaissances des élèves), Management (gestion pédagogique, administrative, financière et RH de l’établissement), Achievements (capacité à atteindre ses objectifs notamment en termes d’examens), Safe guarding (protection de l’enfance).